Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Union Locale CGT de La Garde / Est toulonnais

Vu dans la presse

Contre Loi Travail - Manifestation 12 septembre 2017 - Toulon
Contre Loi Travail - Manifestation 12 septembre 2017 - Toulon

Contre Loi Travail - Manifestation 12 septembre 2017 - Toulon

UD #CGT Var "Nous ouvrons un débat public pour savoir quelle société nous voulons" - Article La Marseillaise du 5 septembre 2017

UD #CGT Var "Nous ouvrons un débat public pour savoir quelle société nous voulons" - Article La Marseillaise du 5 septembre 2017

La #CGT mobilisée en prévision de la rentrée sociale - #Var

La #CGT mobilisée en prévision de la rentrée sociale - #Var

Article Var Matin du 20 juillet 2017 / Les syndicats marchent pour Yannick, licencié par l'entreprise ONET

Article Var Matin du 20 juillet 2017 / Les syndicats marchent pour Yannick, licencié par l'entreprise ONET

Un groupement hospitalier dur à avaler - La Marseillaise du 06 juillet 2017

Un groupement hospitalier dur à avaler - La Marseillaise du 06 juillet 2017

Mobilisation pour le progrès social du 8 juin à Toulon

Mobilisation pour le progrès social du 8 juin à Toulon

Article La Marseillaise du 04 juin 2017 - Congrès AIA CP

Article La Marseillaise du 04 juin 2017 - Congrès AIA CP

La CGT se mobilise pour les salariés : Article La Marseillaise du 1er juin 2017

La CGT se mobilise pour les salariés : Article La Marseillaise du 1er juin 2017

Article Var Matin du 28 mai 2017

Article Var Matin du 28 mai 2017

Var Matin du 22 mai 2017

Var Matin du 22 mai 2017

La CGT s'intéresse aussi aux maux du commerce - Article Var Matin du 05 avril 2017

La CGT s'intéresse aussi aux maux du commerce - Article Var Matin du 05 avril 2017

Commerce : "C'est le laboratoire du Medef" - Article la Marseillaise du 04 avril 2017

Commerce : "C'est le laboratoire du Medef" - Article la Marseillaise du 04 avril 2017

Les retraités battent la campagne - Appel à rassemblement 30 mars 10h30 à Toulon gare routiére - Article La Marseillaise du 25 mars 2017

Les retraités battent la campagne - Appel à rassemblement 30 mars 10h30 à Toulon gare routiére - Article La Marseillaise du 25 mars 2017

Article Var Matin du 11 mars 2017

Article Var Matin du 11 mars 2017

Article La Marseillaise du 11-12 mars 2017

Article La Marseillaise du 11-12 mars 2017

Quand La CGT fait les boutiques - Article La Marseillaise du 20 février 2017

Quand La CGT fait les boutiques - Article La Marseillaise du 20 février 2017

La CGT met la pression sur Primark - Article Var-Matin du 19 février 2017

La CGT met la pression sur Primark - Article Var-Matin du 19 février 2017

Les conditions de travail se dégradent - CGT FAPT 83 - Article La Marseillaise

Les conditions de travail se dégradent - CGT FAPT 83 - Article La Marseillaise

Le Cru 2017 s'annonce combatif pour La CGT - La Marseillaise du 21 janvier 2017

Le Cru 2017 s'annonce combatif pour La CGT - La Marseillaise du 21 janvier 2017

La CGT fait condamner CNIM pour discrimination syndicale - Article Var Matin du 18/01/2017

La CGT fait condamner CNIM pour discrimination syndicale - Article Var Matin du 18/01/2017

Jouer le collectif contre les injustices - La Marseillaise Weekend du 14/15 janvier 2017

Jouer le collectif contre les injustices - La Marseillaise Weekend du 14/15 janvier 2017

CNIM : La discrimination syndicale reconnue - La Marseillaise du 17 janvier 2017

CNIM : La discrimination syndicale reconnue - La Marseillaise du 17 janvier 2017

La Marseillaise du 14 décembre 2016

Cuers-Pierrefeu : les ouvriers de l’Atelier industriel de l’aéronautique ne veulent pas voir déboulonner leur statut

Les ouvriers d’État de l’Atelier industriel de l’aéronautique de Cuers-Pierrefeu ont bloqué l’accès au site mardi matin. Raison de leur colère : la suppression envisagée des bordereaux de salaire, qui menace à terme l’avenir de leur statut.

Sandrine Macigno au micro rappelle les raisons qui mènent les ouvriers d’État à la lutte. R.A. 

 

Les voitures gagnent du terrain sur la vigne. C’est l’image qui frappe la rétine lorsqu’apparaît la ligne droite qui débouche sur les portes d’entrée de l’Atelier industriel de l’aéronautique de Cuers-Pierrefeu (AIA-CP). Jonchés de part et d’autre de la voie goudronnée, les véhicules stationnés de manière plus ou moins anarchique témoignent d’une situation plutôt inhabituelle. Le problème étant que cette exception devienne petit à petit, au gré des journées d’action que mènent les ouvriers d’État de la base, une habitude.

C’est en effet un nouveau jour de lutte pour les quelque 650 salariés de l’AIA-CP qui voient leur statut menacé par un Comité technique ministériel (CTM) aux ambitions toute mesurées quant à l’avenir des bordereaux de salaire de ces ouvriers d’État. En clair, c’est une suppression de ces bordereaux qu’envisage le gouvernement.

Et pour les personnels de l’AIA-CP, c’est insupportable. « La proposition du ministre de la Défense, c’est une amélioration de notre déroulement de carrière, concède Sandrine Macigno (CGT). Mais la contrepartie, c’est la destruction de notre bordereau de salaire, au profit des règles de rémunération des fonctionnaires. » Soit une diminution des avantages liés au statut.

Clermont, Bourges, Bordeaux, Brest : « Ca bouge de partout ! »

Très tôt hier matin, alors qu’une fine couche de gel recouvre la végétation alentour, les militants syndicaux ont donc érigé des barricades afin d’empêcher l’accès au site. Et on se réchauffe à grande rasade de café, ou autour de feux de palettes, en attendant le soleil qui déjà pointe le bout de ses rayons. Ce qui tient chaud, aussi, c’est la colère qui s’est concrétisée la semaine dernière, lorsque le CTM a été boycotté par plusieurs organisations syndicales. « Il est de nouveau organisé aujourd’hui, explique Sandrine Macigno. Et malgré un nouvel appel au boycott, il devrait se tenir. »

Avec donc la remise en cause des bordereaux de salaire au menu. « C’est déjà un statut menacé par les nombreuses externalisations menées depuis des années dans les services de soutien, de logistique ou d’informatique. Et pour ceux qui restent, les électriciens, électroniciens, mécanos, préparateurs, c’est une menace réelle. »

Au-delà de cette inquiétude, c’est aussi contre la perte du savoir-faire de ce corps de métier que protestent les manifestants. « Si il n’y a plus d’ouvriers d’État, l’établissement AIA-CP passera au privé. Et quand on voit les plans d’embauches qui ne couvrent pas les besoins, ou les retards dans la livraison des avions qui nous sont imputés, on voit ce qui s’organise : la fin du statut. »

A Pierrefeu, la lutte s’organise, en attendant que l’Arsenal de Toulon suive. Mais l’AIA-CP n’est pas isolé : « Partout ailleurs, la mobilisation est en marche. A Clermont, Bourges, Bordeaux, Brest... Ca bouge de partout ! » De quoi donner de l’eau au moulin de la CGT qui compte bien s’en servir pour interpeller le directeur central du Service industriel de l’aéronautique, en visite aujourd’hui sur le site varois. « Nous demandons de la considération pour nos métiers. Si ça fonctionne, c’est grâce à nous. Y en a marre que ce soit toujours les salariés qui trinquent ! »

Les esprits ne sont pas près de se calmer, et ce n’est pas la trêve de Noël qui va arranger les choses, comme le prouve ce dernier appel lancé aux salariés : « Rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles mobilisations. Ensemble, nous pouvons tout ! »

Romain Alcaraz

Article journal La Marseillaise

Vu dans la presse

La CGT du Var innove dans le secteur du nettoyage

L’Union départementale 83 a lancé le premier syndicat départemental destiné aux salariés des entreprises de propreté et des services associés. Tous les agents de ce domaine d’activité, quelle que soit leur entreprise, peuvent y adhérer.

Le syndicat départemental CGT des salariés de la propreté s’apprête à souffler sa première bougie. Un anniversaire que la CGT du Var tient à souligner au regard de sa « nouveauté ».

« Le syndicat départemental n’est pas une forme habituelle au sein de la CGT », indique Patrice Moulun, membre du bureau de l’Union départementale (UD). Les syndicats étant en effet la plupart du temps structurés au sein d’une même entreprise.

La singularité de cette nouvelle organisation tient précisément aux particularités de ce secteur d’activité. « Les salariés y changent très fréquemment d’employeurs. C’est leur convention collective qui veut ça. Dans ce domaine, l’entreprise qui remporte l’appel d’offres pour un marché est censée reprendre les personnels, comme c’est également le cas par exemple pour les ordures ménagères », explique Patrice Moulun. Une situation de laquelle découle une difficulté supplémentaire en termes de représentation syndicale.

Une autre caractéristique réside dans la diversité des sociétés oeuvrant dans ce domaine, en termes de taille notamment. Si les effectifs de certaines peuvent atteindre jusqu’à plusieurs centaines, d’autres en revanche ne comptent qu’une dizaine d’agents. « Il fallait donc s’adapter », commente le syndicaliste.

Outils adaptés

« L’idée est de ne laisser personne au bord de la route. Et même si des syndicats d’entreprise existent parfois au niveau national, on milite prioritairement dans son territoire. Nous souhaitons en outre permettre à ceux qui viennent de petites entreprises de ne pas être isolés, de disposer d’un lieu pour pouvoir échanger », renchérit Olivier Masini, secrétaire général de l’UD. Qui ajoute qu’« avec des groupes qui se rachètent les uns les autres, la question va se poser dans la Santé, même si c’est d’une manière différente ». « La CGT entend proposer des outils qui tiennent compte de ces transformations. »

5c05cf16a08ceaf207fb6752a524bc11 L

Patrice Moulun (UD CGT), entouré de Nicole Muller (à g.), secrétaire générale, et Sylvia Bieber (à d.), membre du bureau du syndicat propreté.

C’est donc chose faite puisque désormais tous les salariés travaillant dans le nettoyage et les services associés ont donc la possibilité d’adhérer à cette nouvelle structure. « Et les responsables de ce syndicat peuvent intervenir, avec un mandat de leur fédération, dans l’ensemble des entreprises » de ce champ d’activité, ajoute Patrice Moulun.

Celui-ci réaffirme néanmoins que « la CGT tient toujours aux syndicats d’entreprise » et souligne à cet égard que le syndicat départemental des salariés de la propreté et des services associés « travaille d’ailleurs en lien avec ces derniers ».

Après quasiment une première année d’existence, les responsables notent que « ça se passe plutôt bien ». Ils avancent le chiffre de quelque 80 syndiqués à Toulon (et presque 150 au niveau départemental).

A.M - Article journal La Marseillaise

Vu dans la presse
Vu dans la presse
Var Matin du 30 septembre 2016
Var Matin du 30 septembre 2016

Var Matin du 30 septembre 2016

Var Matin du 28 septembre 2016

Var Matin du 28 septembre 2016

Var Matin du 16 septembre 2016

Var Matin du 16 septembre 2016

La Marseillaise du 10 septembre 2016

La Marseillaise du 10 septembre 2016

Var Matin du 10 septembre 2016

Var Matin du 10 septembre 2016

Var Matin du 13 juillet 2016

Var Matin du 13 juillet 2016

Partager cette page

Repost 0